Accueil Bio Mas du Pountil – Terrasses du Larzac

Mas du Pountil – Terrasses du Larzac

226
IMG-20220224-WA0021

Entre Saint Guilhem du désert et le lac du Salagou se trouvent des pépites naturelles, patrimoniales et  vigneronnes. Ces terres languedociennes accueillent l’ AOP  Terrasses du Larzac. L’environnement est beau, le vin est bon et souvent bio. Entre ça et là, il n’y a que l’embarras du choix.

20220225_10061520220225_101221

En parcourant les routes de l’Hérault, la signalisation m’offre quelques souvenirs de dégustations.  Aniane, Mas Daumas Gassac et son 1999 bu en 2019 pour fêter 20 ans d’amour. Jonquieres, Mas Jullien et sa verticale de 2005 à 2015, bue pour célébrer mes 50 ans de vie. Mais aussi moults noms qui sonnent les cloches du goût, du plaisir, du partage et de la qualité. L’offre est pléthorique, alors comment choisir ? Après un longue réflexion, digne d’une enquête des plus complexe, c’est Le Mas du Pountil qui aura ma préférence. Mais pourquoi ?

20220225_10371520220224_142641IMG-20220224-WA0004

Parce que ce nom « me parle », un vague souvenir, une bonne et lointaine impression. Parce que son label bio, le respect de la vigne, les vendanges manuelles, et toute sa démarche au chai, levures indigènes, sulfites à faible dose, me séduisent. Parce que sa proximité avec le voisin, le Mas Jullien me conforte. D’ailleurs Olivier Jullien et Brice Bautou, propriétaire du Mas Pountil sont amis d’enfance et enfants du pays. De bonnes personnes peuvent-elles faire de mauvais vins ? Parce que le prix des cuvées reste raisonnable ! Se payer une bouteille d’AOP Terrasses du Larzac, devient un luxe. Beaucoup ne se rincent plus d’eau mais de jus de raisin fermenté ! Au Mas du Pountil, on peut se payer une bouteille de Terrasses autour de 13 €, mais on peut aussi avoir de jolies quilles, hors cette AOP, pour moins. Ça permet à chacun de se faire plaisir sans se ruiner.

Mais, de ce moment qu’ai-je donc retenu ?  20220225_231435

Le mas du Pountil, c’est, d’abord, une histoire de famille. Brice, ses parents et son épouse Angéla. C’est elle qui nous reçoit avec gentillesse, professionnalisme et générosité. Elle connait son métier, elle l’aime et sait le partager en mots et en quilles.

C’est aussi une histoire de terroirs. « Éboulis et sédiments calcaires » pour les Terrasses du Larzac  et « sols argilo calcaires » pour les Languedoc ou les IGP. Les raisins sont encuvés selon leur sol d’origine, selon l’identité « semblable » de leur parcelle. C’est ainsi que le vin exprime  au mieux le terroir dont il est issu. 

C’est enfin, une petite histoire, comme une anecdote, celle dont on se souvient,  celle  d’une  transhumance. Il ne s’agit pas là  de brebis, mais de barriques qui vont s’élever pendant  une année à 700 mètres d’altitude à la bergerie avant leur  retour au domaine. Leur transport reste toujours un évènement.

Mais, à ce moment, qu’ai-je donc bu ?

20220225_231658A la dégustation, 4 vins, 4 identités, qui ont en commun leur sapidité  et leur rapport qualité/prix exceptionnel !

Le blanc 2020, le seul du domaine, IGP St Guilhem du désert. Un assemblage original avec un passage en barrique qui séduit par son équilibre. 11€

Gourmandise 2020, Languedoc.  5 cépages rouges assemblés, élevés en cuves,  pour un vin au fruit noir très expressif et tout en rondeur. Ici, les raisins sont tous issus de parcelles au sol argilo-calcaire. 8€60IMG-20220224-WA0004

Le Mas 2018, Terrasses du Larzac. L’étendard du domaine. Puissance, élégance et longueur. Juste ça ! C’est le fameux terroir d’éboulis calcaires, typique de l’appellation qui s’exprime avec des fruits rouges confiturés, des épices et un passage en barriques dont  50% arrivent de la bergerie.  Belle complexité. 13€10

L’Authentique 2016, Languedoc, un vin de cépage composé  des vieux carignans.  Les tanins sont déjà patinés par le temps et l’élevage en barriques. Des arômes de fraises cuites accompagnés d’ une note animale.  Une expression élégante du carignan qui devrait charmer le plus grand nombre. 12€60

IMG-20220224-WA0006Après tout ça, inutile de vous dire que je ne regrette pas mon choix et que je saurai l’argumenter en ouvrant quelques bouteilles aux amis de la tête dans le cru qui sauront me nommer le type de sol illustré par cette dernière photo. Non, je plaisante, vous boirez même si vous êtes ignorants !

Bonne et large soif !

Charger d'autres articles liés
Charger d'autres écrits dans Bio

Laisser un commentaire

Consulter aussi

Première PPiPP

Ceci est une PPiPP ! Performance Presque Inopinée Poétique et Pinardesque Le principe de l…