Accueil Bio Mes vins d’Avril 2021

Mes vins d’Avril 2021

300
20210404_173017

Sous la glycine, des vins pour accepter l’attente.

En Avril 2021, pour être en bonne santé, il faut être négatif. Négatif un jour, n’est pas négatif toujours. Pour le rester, il faut être confiné. Pour être tout à fait exact, je suis invité à être « dedans avec les miens et dehors en citoyens ». Si la contrainte semble plus acceptable, l’ennui gagne du terrain. Nombreux ont la nostalgie de leur vie d’avant, festive et culturelle. Je suis de ceux-là.

Ma cigale s’éteint, ma fourmi prend du terrain.

Il s’avère difficile de vaincre cette torpeur, sans être « hors la loi ». Pour résister à cette mélancolie, voici quelques bouteilles. Boire du rouge suffira-t-il à ne plus broyer du noir ?

DSC_0548DSC_0549Pour rester dans les clous : Bonne Pioche du domaine Clavel, Pic St Loup, 2018. Belle expression de fruits noirs et de garrigue. Le vin est ample. Une valeur sûre du Languedoc, un label AB, un vin peu sulfité, qui ne vous décevra jamais.  Autour de 15€. Le bon a un prix. Pour un gigot d’agneau dominical.

20210418_123321Pour respecter les distances sanitaires : Cyprès de toi du domaine Fond Cyprès, vin de France, sur le terroir des Corbières, 2017. Cassis, olive noire et romarin. Le vin est rond. C’est bon et facile à boire. Il est prêt à être bu, sans attendre.  Un label bio mais une viticulture bien plus exigeante s’approchant des pratiques « natures ». Autour de 10€. Très bon rapport qualité/prix. A aérer avant le service. Parfait pour les premières grillades.

20210418_123409

20210418_123415

 

Pour relativiser, boire une cuvée de « Mavit ». Voici un breuvage pour égayer l’attente. « C’est ma vie, c’est pas l’enfer, mais c’est pas l’paradis ». La cuvée « JOSEPH » d’Olivier Mavit, un vin de France issu des Corbières maritimes.  Que du grenache qui vous offre la gourmandise du fruit rouge, une acidité rafraichissante et étonnante pour ce cépage. Tout ce qu’il faut pour un bon apéro. Autour de 12€.

boire un canon

« Boire un canon, c’est sauver un vigneron ». Les vignerons déjà inquiets par la baisse des ventes dues à la fermeture des bars et des restaurants, ont été refroidis par les aléas climatiques. Les bourgeons détruits par plusieurs nuits de gel sont autant de grappes qui vont manquer.

undefined

Mon soutien sera sans faille. Une consommation régulière et modérée est donc préconisée.

Bonne soif !

Mes vins d'Avril 2021 dans Bio dans Languedoc dans Le vin de la semaine


Charger d'autres articles liés
Charger d'autres écrits par La tête dans le cru
Charger d'autres écrits dans Bio

Laisser un commentaire

Consulter aussi

Mes vins du mois d’Octobre 2018

Le temps d’octobre se fait attendre. Les feuilles peinent à jaunir et les terrasses …