Accueil Vinoculture musicovin Le vin de Baudelaire

Le vin de Baudelaire

352
Baudelaire (2)

Paris, 9 avril 1821, naissance du petit Charles qui allait devenir le grand poète que nous connaissons et que nous célébrons pour le bicentenaire de sa naissance. Baudelaire a écrit l’amour, le spleen, le haschisch et le vin. Addict ? On ne sait pas vraiment. Il mourra à 46 ans, achevé par la syphilis. Avec cette mort prématurée, ses frasques « romanesques », sa vie en marge de la bourgeoisie du 19ème siècle, il s’est forgé un statut de poète maudit. Il laisse à la postérité  un  ouvrage majeur, « Les Fleurs du Mal », composé de cent poèmes, dont treize ont été censurés de longues années. Parmi ceux là « le vin de l’assassin » que nous essayâmes, il n’y a pas si longtemps de ça, de mettre en musique.

 Le vin de Baudelaire dans musicovin il_570xn.1091361415_7sio-3 Ma femme est morte, je suis libre !
Je puis donc boire tout mon soûl.
Lorsque je rentrais sans un sou,
Ses cris me déchiraient la fibre.

Autant qu’un roi je suis heureux ;
L’air est pur, le ciel admirable…
Nous avions un été semblable
Lorsque j’en devins amoureux !

L’horrible soif qui me déchire
Aurait besoin pour s’assouvir
D’autant de vin qu’en peut tenir
Son tombeau ; ce n’est pas peu dire…

Dans le même ouvrage, Baudelaire se fend de quatre autres poèmes autour du vin : Le vin des chiffonniers, le vin du solitaire, le vin des amants et l’âme du vin. Cette dernière éloge fut source d’inspiration pour de nombreux artistes. Nous nous y sommes collés. Notre composition est modeste. Il faut se contenter de ce que l’on est et de ce que l’on sait. En voici un extrait…


Un soir, l’âme du vin chantait dans les bouteilles :
BAUDELAIRE (Charles)].  ASSELINEAU (Charles). Manuscrit autographe intitulé « Vie [...]
« Homme, vers toi je pousse, ô cher déshérité,
Sous ma prison de verre et mes cires vermeilles,
Un chant plein de lumière et de fraternité !

Je sais combien il faut, sur la colline en flamme,
De peine, de sueur et de soleil cuisant
Pour engendrer ma vie et pour me donner l’âme ;
Mais je ne serai point ingrat ni malfaisant…

Beaucoup d’émotions, à lire, dire et mettre en musique, « Enivrez-vous ». Tiré du recueil « Le spleen de Paris, petits poèmes en prose », il nous exhorte à lutter contre le temps qui passe. Et ça, à 50 ans, ça me parle. Le vin est proposé comme un moyen d’y parvenir. Et ça, ça me dit aussi ! D’autres alternatives comme la poésie ou la vertu sont offertes. A votre guise ! écrit Baudelaire. Alors ma guise sera tentée par le vin. 

e315f75df8f6e660a9cd8dc4b3980cf6 dans Vinoculture

Quel vin pour accompagner la lecture de ces poèmes ou pour vous laisser tenter par leur mise en musique ?  En ces temps de re-re-confinement, le vin devient un plaisir solitaire. C’est la tendance ! Elle ne me convient guère mais c’est ainsi. Alors, aux premiers rayons de soleil, entre deux visios, en pause de télétravail, après les devoirs des gosses, installez-vous, seul ou seule, confortablement, au balcon, au jardin, au salon et savourez les « fleurs du mal » en vous faisant du bien avec « Espéranza ».

20210411_14253520210411_142545

Un coin sur Terre, c’est un esprit. Un esprit collectif, dès le départ, une campagne participative, des terres en fermage, des vendanges festives, un salon des vins : Barrik o mazet !  Un coin sur Terre, C’est aussi une éthique : des vins les plus naturels possibles, des vins que l’on dit « vivants », jamais trop les mêmes d’une année sur l’autre, des vins « évolutifs » plutôt qu’évolués ! Esperanza, est la bien nommée ! Nous avons tant besoin d’espoir en cette période déprimante ! Elle propose un vin très expressif autour des fruits rouges,  une acidité rafraichissante et de la rondeur ressentie en bouche. 

IMG-20190616-WA0027Un coin sur Terre, c’est à Vauvert, Edouard et Lane Sentex y sont viticulteurs. Ayez bonne « Intuition » , cédez à la « Tentation », et gardez « Esperanza » !

Bonne soif !

     

Charger d'autres articles liés
Charger d'autres écrits par La tête dans le cru
Charger d'autres écrits dans musicovin

Laisser un commentaire

Consulter aussi

Rire avec le « Petit traité de dégustation »

Voici de quoi rire et se moquer avec modération des grands amateurs de vins. Une BD de Mic…