Accueil Bio ApérŒno 7 : Dégustation éclairée et clairette

ApérŒno 7 : Dégustation éclairée et clairette

0
0
258
_20180902_144344

Tel est pris qui croyait prendre !

_20180902_143646_20180902_143703

C’est la rentrée, des amis de la tête dans le cru commandent un ApérŒno pour une soirée « cousinade ». Jusque là tout va bien. J-1, le vin est acheté, 2 blancs, 2 rouges. Il est goûté, re-goûté, commenté, re-commenté. Le jeu est prêt, il s’agit d’un « Cépage où es tu » ? Tout est réuni pour réussir, l’expérience et la bonne préparation me permettent de débuter cette dégustation avec sérénité et quelques petites phrases assassines sur la famille. L’auditoire rit, se prépare, sans emballement, mais sûrement. Je sers le premier vin, bouteille cachée. Je suis le seul à savoir que nous nous préparons à boire une clairette de Bellegarde.

_20180902_143944

Après un coup d’œil, les tontons, tatas, marraine, cousins, cousine penchent leur nez vers le buvant et boivent ou crachent. Les remarques arrivent timidement, échanges discrets : légère amertume pour une équipe, poire pour les autres, peut-être du tilleul ? Je ne suis pas en reste et me sers généreusement. J’analyse rapidement le vin, facile pour le dégustateur éclairé que je suis : pas de défaut, frais comme il faut. Pas mal, cette clairette. Aucun indice, aucune alerte à l’horizon ne me permet de prévenir la tempête future et relative. Les paris sont faits ! Rien ne va plus ! C’est 100% clairette pour 3 équipes et une mise partagée pour la quatrième. Je suis très heureux de constater que mes indications ont permis à tous de découvrir ce cépage peu fréquent et si particulier. Et c’est après une discussion sur les raisons de leur choix, et avec une petite fierté dissimulée, que je sépare la bouteille de sa chaussette.

Un grand moment de solitude…

Jaune pâle comme mon visage, légère amertume comme mon sentiment, Clairette où es tu ? Nous venions de déguster les bouteilles de Viognier du Château de Montfrin ! Et à l’heure ou j’écris ces quelques mots, mon orgueil écorché n’est pas encore remis. Quelles leçons puis-je tirer de cet avatar ? La certitude aveugle : celle de boire une clairette a inhibé tous mes sens, et même plus, elle m’a empêché de chercher la vérité. La dégustation à l’aveugle est une leçon d’humilité. J’en ai reçu une belle aussi cinglante qu’inattendue.

Il a fallu, tant bien que mal, mais ce fut plutôt bien, continuer la soirée avec prudence, beaucoup de cœur, de bonne humeur, un peu de sciences et quelques maladresses.

DSC_0001DSC_0002

« Les repas de famille ne consistent pas à se manger entre parents. » Tout le monde a fini entier ! Merci à chacun de votre participation et de votre appréciation.

Charger d'autres articles liés
Charger d'autres écrits par La tête dans le cru
Charger d'autres écrits dans Bio

Laisser un commentaire

Consulter aussi

OENO 10 : Le bilan

Belle soirée que celle d’hier. 19 participants, « la garde rapprochée&nbs…