Accueil Le vin de la semaine Mes vins du mois de Décembre 2017

Mes vins du mois de Décembre 2017

420
20171225_130501-524x1024 (2)

Le temps des fêtes et des vins qui se la pètent est venu… Le temps du raffinement et des atermoiements entre les plats et les vins est « enfin – déjà – encore » là ( barrer les mentions inutiles). Voici ce qui a été commis en décembre avant Noël ou pendant.

Pour ceux qui passent Noël à la neige et qui préfèrent la raclette au foie gras, voici une proposition de vin rouge, ce qui n’est pas fréquent. 20171015_141504Pas de vin tannique avec la raclette,  c’est Jean Foillard qui s’y colle, un Morgon pur et fin, un vin nature sur le fruit rouge et de légères notes boisées. Un gamay qui a accompagné le mieux possible le gras et le salé proposés par la raclette. C’est un vin de fête que vous pouvez acquérir pour une vingtaine d’euros.

Pour ceux, qui des fêtes sans foie gras ne sont pas des fêtes complètes, voici là aussi une proposition de vin rouge à boire avec ce « pâté fin ».

20171225_125242

La maison Bichot, gros négoce Bourguignon propose un Aloxe-Corton du Domaine du Pavillon, Premier cru – Clos des Maréchaudes – 2009. Un vin rouge solide aux tanins racés, affinés par le temps, qui propose des notes de cerise et de sous-bois à la finale de poivre. Ce dernier a révélé le goût du foie gras. Cette alternative « rouge » permet de ne pas commencer le repas par un accord foie gras/vin liquoreux qui « plombe » le palais et ne permet pas d’apprécier correctement les vins suivants. Ce vin « coûte un bras », vaut mieux le boire sans connaître son prix. Merci J-Mi et Domi pour le cadeau.

On continue avec un grand Bordeaux, bu avec un plat de viande, précisément pour ce réveillon, un tournedos de veau rosé en croûte de noisettes.

20171101_121322

Margaux, Château la Tour de Mons, un nez complexe de notes de fruits rouges confits, de bois, de cuir et d’épices. Une bouche fine, avec des tanins fondus pour renforcer la tendresse de la viande et une finale « torréfiée » qui rappelle la croûte de noisettes du plat. 10 ans de cave à le regarder et si peu de temps pour le déguster. C’est aussi là, que se joue le plaisir de la dégustation.

Enfin, pour les lecteurs qui n’aiment pas le rouge, voici un superbe blanc, 100% Carignan.

20171226_132548

Un vin cristallin, fin, tout en discrétion et en précision : pêches blanches, fleurs blanches, rond et équilibré. Il a accompagné avec brio des crevettes curry et lait de coco et a brillé avec un pélardon au miel. J’adore ce vin, un IGP du Gard du « Clos des boutes » qui a apporté de la fraîcheur de l’apéritif au fromage. Ce vin est bio et vaut autour de 17 €. Il m’en reste encore une à boire. Avis aux amis amateurs.

Bon bout d’an !

Charger d'autres articles liés
Charger d'autres écrits dans Le vin de la semaine

Laisser un commentaire

Consulter aussi

Novembre deux mille vins (2) : un Beaujo(ur) ou peut-être…

« Tout » est bon pour se détendre, et la soirée du « Beau…