Accueil Vinoculture oenotourisme Quilles de joie – Souvignargues 2017

Quilles de joie – Souvignargues 2017

929
IMG_92061

Dimanche, fin de week-end, les cartons achetés au festival des vins « Nature » sont vides. Les bouteilles ont pris place dans la cave et la satisfaction d’avoir à nouveau participé à ce salon bien présente. Un accueil simple, dans une salle des fêtes, avec des vignerons venant de toute la France. 5€ pour le verre sérigraphié et le permis de boire à chaque barrique, rencontrant ainsi plus d’une vingtaine de vignerons à l’écoute de leur terroir.

IMG_91831

Il a fallu faire des choix, tout déguster aurait été trop, pas assez, frustrant. Alors, on a commencé par notre « chouchou » et on n’a pas été déçu. L’homme est toujours attachant, ses vins succulents. Un engagement sans faille dans le verbe et dans le verre : Le Mas de mon père

IMG_92031 (2)IMG_92041 (2)

La nouveauté « Quitte ou double », un blanc d’assemblage vineux mais pas seulement pour la table, avec un homard (Fréderic a dit). Très bonne impression pour un premier essai. »Tu m’intéresses », un vin pour remettre le facteur sur le vélo (Frédéric a dit). Le facteur risque de zigzaguer. En 2016, « C comme ça » m’a séduit davantage que « M comme je suis ». C’est comme ça que je suis ! Ce sera donc le Carignan qui l’emporte sur le Merlot pour ce millésime. Enfin « Cause toujours », le vin de l’amitié entre 2 hommes, un assemblage Grenache-Cinsault, tout en fruit, en rondeur, avec un bel équilibre, une belle concentration, des tanins soyeux, une finale rafraîchissante. Ce sera mon coup de cœur. « Cause toujours », le vin qui « déliera » toutes les langues.

20171126_180627 (2)

Une découverte…

En parcourant le programme, j’étais heureux d’apprendre la présence du domaine Gramenon, un grand nom des vins « propres » dont je n’ai jamais pu apprécier les cuvées. Je ne pourrai plus le dire.

20171126_002843 (2)

Tout est bon, précis, original. J’y ai trouvé là, le meilleur rapport qualité/prix avec leur première cuvée « on est zazou ». Une étiquette dessinée par les petits enfants des vignerons, un nom inspiré de l’amusante chanson de Brigitte Fontaine. Un Côtes du Rhône, comme une friandise, léger, souple, fruité. Un vin dédié à l’apéritif et aux amis. 

IMG_92051

20171126_180957 (2)

Enfin, pour terminer, écrivons sur un vigneron local, tout proche de Souvignargues, qui travaille de tout petit rendement surtout pour sa cuvée « phare » le mouton noir qui a su séduire de nombreux participants : Le domaine ARIAS.

20171126_002311 (2)

Mon goût est allé vers « Falstaff 2015″ qui semble plus prêt à boire que « Mouton noir 2016″. Un vin assemblé « Grenache-Cinsault », rond, charmeur, jovial comme le personnage Shakepearien dont il porte le nom. Un vin gourmand sur le fruit confituré et les épices douces.

20171126_002212 (2)

20171126_180614 (2)

Encore une fois, ce « petit » salon nous a permis de découvrir de « grands » vignerons. Merci aux « Quilles de joie » pour leur générosité. A l’an qué ven !

Charger d'autres articles liés
Charger d'autres écrits dans oenotourisme

Laisser un commentaire

Consulter aussi

Rouge Carmin

Une toute nouvelle chanson et une nouvelle collaboration. Gilles.M à la composition, aux a…