Accueil Vins et Régions Bordeaux La sirène de Giscours – 2005

La sirène de Giscours – 2005

0
0
87
20151227_235954

20151227_235954 

La sirène de Giscours -2005

AOP Margaux

Rouge-13 %

60% Cabernet sauvignon- 30% Merlot-Cabernet franc-Petit verdot

Un second vin pour les fêtes. Un vin qui a déjà 10 ans de bouteille. Ce second appartient au même terroir que son premier, le soin apporté à sa vinification est identique. Seule différence, l’âge des vignes. Ce sont les raisins issus des plus jeunes d’entre elles qui sont sélectionnés pour cette cuvée. Comment ce château Giscours va-t-il donc faire chanter sa sirène? L’harmonie est réussie. Les arômes tertiaires de prune, de cuir font partition, les épices rehaussent la tonalité. En bouche les tanins sont fins et élégants. Bonne concentration et Bonne persistance. On dit souvent que les Margaux sont les « Rive gauche » les plus féminins. En tout cas, celui là en avait la finesse et la complexité. C’est le moment idéal pour apprécier ce vin. 10 ans serait l’âge de raison des seconds vins?

 

  • DSC_0221

    Paroles à boire #4

    A l’écoute: Enivrez-vous de Beaudelaire par « Les têtes dans le cru …
  • BIB

    BIB l’été !

    L’été arrive, les apéros vont se multiplier, il va falloir miser sur la quantité. Un…
  • IMG_4394

    Œno 17: paroles à boire # 3

    Troisième édition de Paroles à boire ! Côté chanson, des compositions et des poèmes célébr…
Charger d'autres articles liés
  • DSC_0221

    Paroles à boire #4

    A l’écoute: Enivrez-vous de Beaudelaire par « Les têtes dans le cru …
  • BIB

    BIB l’été !

    L’été arrive, les apéros vont se multiplier, il va falloir miser sur la quantité. Un…
  • IMG_4394

    Œno 17: paroles à boire # 3

    Troisième édition de Paroles à boire ! Côté chanson, des compositions et des poèmes célébr…
Charger d'autres écrits par La tête dans le cru
Charger d'autres écrits dans Bordeaux

Laisser un commentaire

Consulter aussi

Traité de bon usage de vin – Rabelais

L’hiver est bien là et avec lui son lot de nez qui coulent et de ventres qui gargoui…